Tournage bois : 1er prix du concours FTFI

Tournage bois : 1er prix du concours FTFI

Comment un débutant en tournage peut-il gagner un premier prix  ?

J'aimerais aujourd'hui vous présenter un passionné du bois hors du commun : Pierre Bouillot. Pierre est l'auteur, avec Xavier Chatellard, de l'excellent livre  "Les Rabots, histoire, technique, typologie collection, publié aux éditions Vial"". Pierre s'est présenté au concours de tournage FTFI avec seulement quelques mois de formation et pratique du tour à bois et en a obtenu le premier prix.

Le Temple de Flore

C'est le nom de l'objet proposé par Pierre lors de ce concours de tournage. Pierre nous explique ici son projet avec grande modestie.

Un tremplin

Une certaine orientation de l’esprit, une curiosité intellectuelle amène à se cultiver. La culture artisanale relative au bois est immense. En dehors des circuits professionnels, les possibilités de l’approcher n’ont jamais été aussi nombreuses : des livres bien faits et souvent peu onéreux, Internet avec ses textes, ses images, ses forums, ses blogs et ses vidéos, des revues spécialisées et bien sûr les hommes rencontrés ici ou là en fréquentant des associations, en participant à de grands rassemblements artisanaux ou en suivant des stages. Bien sûr, cette culture ne remplace pas le travail en atelier, mais elle en est le tremplin, c’est elle qui va le pousser vers le haut pour gagner en qualité. C’est ce que j’ai voulu illustrer ici en décrivant la conception d’un de mes tournages qui m’a permis de gagner un concours organisé par le distributeur FTFI en 2011 (le tourneur Philippe Bourgeat était dans le jury) alors que j’avais un tour depuis six mois seulement.

Pourquoi participer à un concours ?

J’apprends l’existence de ce concours de « tournage – collage » : j’avais bien fait quelques recherches montrables en collages, mais six mois de tournage même régulier ne font jamais qu’un débutant, ce qui me semblait rédhibitoire. Néanmoins, cette idée du concours me plaisait pour la nouvelle dimension qu’elle donnait à un travail : lorsque je tourne une pièce pour moi ou un ami, il suffit qu’elle plaise en étant fonctionnelle et jolie, alors que dans un concours le but est aussi de surprendre, d’épater et de montrer une certaine maîtrise. Il faut tenir compte de ce changement de but dès la conception du projet. Alors que dans un travail habituel on a tendance à utiliser les savoirs-faire déjà acquis, dans ce concours j’étais là pour apprendre – j’ai été servi – et si possible progresser.

J’avais quelques atouts…

  • Une excellente formation de départ. Je ne remercierai jamais assez ceux qui ont guidé mes premiers coups de gouge, toute une bande de gens compétents, sympas, pas avares de leurs conseils ni de leur temps, l’équipe de tourneurs des Passionnés du Bois d’Evry.

A EUX TOUS, MERCI !

  • Je comptais sur les collages pour essayer d’épater le jury. J’avais exploré la technique au départ toute simple qui consiste à faire un trait de scie dans un carrelet et y coller un bout de placage de couleur contrastée, pour aboutir à quelques trouvailles comme les nœuds celtiques décentrés, les traits de scie arrêtés formant spirale et les nœuds celtiques bicolores à brins impairs.
  • Je suis né méticuleux, il m’est facile de penser en dixièmes de millimètre, ce qui est bien utile pour de petites pièces précises. De plus, je m’étais réservé un mois et demi en été pour tourner, ça tombait bien.

… et des handicaps

Outre ma très courte expérience du tournage, j’avais la plus grande difficulté à mettre en scène les collages dans le cadre d’un concours. Je savais faire des réseaux colorés en éventail ou en spirale sur un cylindre, mais comment les utiliser ? Il me manquait l’inspiration, ou plus prosaïquement une conception du projet en béton à la fois sur le plan de l’architecture générale dont je n’avais pas encore la moindre idée et celui du dessin qui n’est pas toujours mon fort.

L’inspiration

Elle m’est venue lors d’une balade à Versailles où se dresse un très mignon édicule du XVIIIe siècle dans le goût antique, le Temple d’Apollon à Trianon. Presque tout est tourné : les marches, l’entablement, le toit et la plus grande partie des colonnes qui recevraient à merveille des collages. Le style classique me tente et je fais quelques recherches.
  • Les ordres architecturaux ont été suivis pendant 20 siècles : ces canons organisent les proportions des bâtiments et déterminent l’agencement des moulures. Je choisi le plus simple, l’ordre toscan, et le grand Vitruve (architecte du 1er siècle de notre ère qui a définitivement théorisé les ordres) a dessiné spécialement pour moi les colonnes et l’entablement (c’est-à-dire les moulures au-dessus des colonnes). Pour ce qui est du dessin, je n’ai plus qu’à décider du nombre de colonnes, de la disposition des marches et de la forme du toit, ce qui est à ma portée.
  • Un autre grand classique, le Manuel du Tourneur de Bergeron consacre justement une vingtaine de pages et une belle planche au tournage d’un temple. Il donne beaucoup d’indications tant techniques qu’esthétiques : choix des essences et des outils, manière de faire des colonnes bicolores, réalisation des moulures fines, tournage et articulation des différentes parties, etc.
  • J’imaginais mal comment moulurer sur quatre faces et de manière simple des anneaux de bois de 25 cm de diamètre (marches et surtout entablement) La réponse est venue des ouvrages de G. Bidou : j’ai pu fabriquer et utiliser un mandrin à taquets.

Ainsi, je cherchais une conception solide, et je suis maintenant guidé par rien moins que MM. Vitruve, Bergeron et Bidou dans une voie qui me permet de mettre en scène mes collages.

L’habillage

J’ai cherché d’autres techniques de tournage à ma portée mais variées, qui permettraient à la fois de mettre en valeur le temple et d’agrandir mes connaissances.
  • Une empreinte excentrée permet de réaliser la dalle centrale (houx, mûrier et amarante) qui imite un pavement de marbre. Cette technique facile et extrêmement précise est bien décrite par Bidou.
  • Le toit est réalisé en tournage segmenté ajouré, technique longue mais sans difficulté majeure, si ce n’est une peur bleue (et heureusement injustifiée) que tout explose au tournage… Internet est une source de choix pour s’initier à cette technique décrite par de nombreuses vidéos.
  • Le vase central est orné de nacre, et j’ai dû faire quelques essais pour apprivoiser cette matière dont le bleu-vert contraste si bien avec le bois. Enfin les jonquilles de moins d’un centimètre en bois massif sont rapides, faciles et amusantes comme tout à tourner avec l’aide d’un peu de teinture. Là encore les connaissances techniques, très simples, sont venues d’Internet.

La mise en oeuvre

Ayant tenu compte de mes faiblesses comme de mes points forts pour choisir les techniques à utiliser, guidé par Vitruve, Bergeron, Bidou, et via Internet par bien d’autres tourneurs, ayant du temps pour refaire une pièce en cas de pépin, la réalisation ne pouvait que se dérouler agréablement : j’ai passé des vacances formidables.

Dans n’importe quelle activité, se cultiver, c’est un tremplin.

Pierre Bouillot pour les Passionnés du bois et pour Vincent Mancebo.

Merci à toi Pierre pour ce travail remarquable et pour ta gentillesse d'avoir bien voulu partager ton savoir avec nous !

Vous pouvez contacter Pierre grâce au formulaire de contact. A très bientôt

Amicalement,

Vincent,

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Posts similaires

Maisons de poupées en bois à chantourner
Maisons de poupées en bois à chantourner
Plans de 3 maisons en bois de type Haussmannien à chantourner Suite à une récente visite dominicale dans l'est de Pa...
Lire plus...
Décapotable Daytona Speeder 1957
Décapotable Daytona Speeder 1957
Si votre budget ne vous permet pas encore d'acheter une décapotable, Jolis Copeaux vous propose d'en fabriquer une .....
Lire plus...
Plan gratuit pour etabli de menuisier petit format
Plan gratuit pour etabli de menuisier petit format
Si vous disposez de peu de mètres carrés pour travailler.... Voici la réalisation simple d'un petit établi de menuis...
Lire plus...